PROGRAMME DES CONCOURS
DE MONDIORING
 

Avant-propos
Le Mondioring a été élaboré par des délégués de plusieurs pays d'Europe et
d'Amérique, dans l'espoir qu'il puisse devenir le relais de programmes nationaux
déjà existants, et permettre une union enrichissante de tous les amateurs du chien
de travail, débutants ou chevronnés. Il a pour objectif d'être pour les spectateurs
un divertissement, pour les participants un jeu aux difficultés progressives, pour
les passionnés de dressage, un sport de compétition.
Pour pratiquer le Mondioring, il faut un terrain clos équipé de matériels divers,
et une ou deux personnes protégées par un costume qui seront les partenaires
des chiens, de leurs conducteurs et des juges chargés de les départager dans les
concours, aux conditions prévues par le règlement. Ce règlement concerne
l'ordonnancement des épreuves, les points attribués aux exercices et les pénalités
relatives aux fautes commises.
Pour être accessible au plus grand nombre, le programme du Mondioring se
doit d'être, concis dans son descriptif, simple dans sa pratique, clair dans son
jugement. Les juges ne devront jamais oublier le souci qui a animé les
concepteurs de ce programme, chaque fois qu'il se présentera une circonstance
exceptionnelle non prévue ou mal définie par le règlement. Ils devront avant tout
respecter l'esprit de ce règlement et s'interdire toute interprétation abusive
préjudiciable au chien.
La finalité du Mondioring est de mettre en évidence les aptitudes du
chien, la qualité de son dressage, la maîtrise de son conducteur et surtout
le patrimoine génétique du chien. Le programme est constitué de trois sortes
d'épreuves qui se dérouleront obligatoirement dans l'ordre suivant :
1 - exercices d'assouplissement,
2 - exercices de saut,
3 - exercices de mordant.
L'ordre de ces exercices pourra être tiré au sort par les concurrents au début de
chaque concours, et sera le même pour tous.
Nota : Le règlement du Mondioring devant être traduit en plusieurs langues,
des nuances ou approximations peuvent éventuellement apparaître
d'une traduction à l'autre. Si ambiguïté il y avait, ce serait le règlement
en langue française qui servirait de référence.

II - Homme assistant
Pour la petite histoire, mentionnons que dans le passé, l'homme assistant a
été appelé alternativement "Apache", "Malfaiteur", "Mannequin", "Paillasse", et
dernier en date, "homme d'attaque". En Amérique, on le dénomme "Decoy"
(leurre) ou "Helper" (assistant).
Chacun de ces termes porte en lui-même une philosophie de l'art du
dressage, et il serait intéressant de pouvoir ajouter à cette énumération les termes
employés en Allemagne, en Espagne, Hollande, Italie ou Suisse, s'il en est de
différents.
Quoi qu'il en soit, s'il est dit au chapitre précédent que l'H.A. est le partenaire
des chiens et des conducteurs, il lui faudra aussi être pour eux un adversaire, car
il doit collaborer avec le juge dans les concours, pour aider ce dernier à classer les
chiens par ordre de mérite.
S'il se contente d'un comportement passif, il n'est qu'un pantin articulé, tout
juste bon à se faire mordre.
Si son rôle est de permettre au juge d'évaluer la qualité du chien, il lui faudra
se mettre en opposition avec l'animal.
Mais comme il est protégé par son costume, il risque d'exagérer cette
opposition. Il risque aussi, volontairement ou pas, de se comporter différemment
d'un chien à un autre.
C'est une position difficile que la sienne, mais il devra toujours la tenir dans le
meilleur esprit sportif.
Sans analyser techniquement le travail de l'H.A., peut-être pourrions-nous
établir trois règles d'or à ne jamais oublier :
1 - l'H.A. sera d'une impartialité absolue,
2 - il n'infligera jamais, en aucune manière, une douleur physique au chien,
3 - il devra se comporter comme s'il n'avait pas de costume protecteur et donc
utiliser la vivacité, la ruse, la menace et l'esquive pour se défendre ou
impressionner le chien.
L'H.A. ne pourra en aucun cas frapper le chien avec le bâton. Lorsqu'il fera
usage du revolver, il devra tirer en l'air, sous un angle d'environ 45°
Au départ de toutes les attaques, l'H.A. se placera toujours à une distance de
10 à 20 mètres du chien dans l'axe médian du terrain.
Il est formellement interdit aux H.A. de parler et de commander le chien de la
voix (gestes autorisés).
En cas d'utilisation d'un élément liquide, seule l'eau est acceptée.
En outre, il va de soi que le juge est responsable du travail de son H.A., et que
celui-ci devra se conformer à ses prescriptions.
La sélection des H.A. est réalisée dans chaque pays participant par des
modalités qui lui sont propres.

 

III - Prescriptions
1 - Présentation
Le conducteur pénètre sur le terrain avec son chien à l'invitation du
commissaire de ring. Il se rendra à la table du jury pour se présenter, son chien au
pied, sans laisse, ni collier, ni muselière. Il indiquera la longueur et les hauteurs
initiales choisies pour les sauts. Il précisera au juge s'il rappelle son chien à
distance de la voix ou du sifflet.
Il choisira une enveloppe dans laquelle est fixée, pour son chien, la nature de
la première attaque fuyante. Sans l'ouvrir, il la remettra aussitôt au juge qui sera le
seul à connaître, jusqu'après le départ du chien à l'attaque, s'il s'agit de l'attaque
mordante ou de l'attaque arrêtée [voir processus dans le descriptif des attaques].
Enfin, le conducteur prendra dans une autre boîte, le morceau de bois
numéroté destiné à l'exercice de la quête d'un objet, et le glissera dans une des
ses poches, qui devra être vide.


2 - Mise en place commune à tous les exercices
Le conducteur se met et reste à la disposition du commissaire qui le conduit
aux abords du point de départ de chaque exercice (à 3 mètres environ). Un
conditionnement du chien sur l'exercice est autorisé avant les trois mètres de mise
en place. Il devra être discret, et ne pourra plus être fait après le coup de trompe
signalant la mise en place. Un premier coup de trompe du juge autorise la mise
en place. Le conducteur aura 30 secondes, chronométrées par le juge, pour
positionner son chien. Au-delà de ces 30 secondes, l'exercice est annulé. Le
conducteur n'a droit qu'à un commandement de mise en place (assis, couché,
debout, selon les exercices). Il pourra donner ensuite un commandement de
fixation (facultatif), exemple : pas bouger, place, reste. Toute répétition de l'un ou
l'autre de ces commandements (de placement ou de fixation) est considérée
comme un commandement supplémentaire et pénalisée d'un point. Au-delà de 5
commandements supplémentaires, l'exercice est annulé, même si les 30
secondes accordées pour la mise en place ne sont pas écoulées.
Dès que le conducteur et son chien sont à leur place respective, le juge
donnera le signal du départ de l'exercice et le conducteur utilisera le
commandement de départ approprié, qui pourra être précédé du nom du chien.
Tout commandement irrégulier entraînera une pénalisation.


3 - Commandements de rappel en fin d'exercice

Ils sont de deux sortes, le rappel à distance et le rappel à proximité
(1 mètre). Le rappel à proximité est considéré comme une reprise au pied.
Tous les rappels à distance peuvent se faire de la voix ou au sifflet. Le
conducteur devra signaler au juge, lors de la présentation, le mode de rappel à
distance choisi et s'y tenir sous peine de pénalisation. Tous les rappels à proximité
doivent se faire de la voix.
Qu'ils se fassent de la voix ou au sifflet, les rappels doivent être brefs et
donnés d'un seul trait. Un commandement dédoublé, c'est-à-dire non lié, est
considéré comme un commandement supplémentaire et pénalisé comme tel.
Un seul commandement de rappel est autorisé. Tout commandement de
rappel supplémentaire est pénalisé [voir tableaux exercice par exercice]. Dans le
cas d'un chien récalcitrant, qui nécessiterait plusieurs rappels supplémentaires,
son conducteur perdrait en outre des points d'allure générale.
De même, le chien qui reste en prise au-delà de 5 secondes en fin d'exercice
mordant, (qu'il soit rappelé ou pas), perd les 10 points attribués au retour sans
compter éventuellement les points d'allure générale à la disposition du juge.
Le chien qui n'est pas de retour au pied dans le temps imparti perd également
les 10 points attribués à la cessation dans les exercices de mordant. En échelon I,
le conducteur pourra laisser son chien en garde au ferme au lieu de le rappeler en
fin d'attaque. Il devra en informer le juge lors de la présentation.


4 - Prescriptions générales
Allure générale
Si le juge considère que l'exécution d'un exercice laisse à désirer, il appliquera
une pénalité qui pourra aller jusqu'à 10% des points obtenus à l'exercice
concerné. Il agira de même en cas de comportement incorrect d'un concurrent,
avant, pendant ou après son parcours. La pénalisation sera à son appréciation.
Toute intervention d'un concurrent auprès du jury pendant le parcours, autre
que l'information d'un malaise de lui-même ou de son chien, est strictement
interdite. Elle entraîne une pénalité de 10 points à l'allure générale et l'exclusion
du concours en cas de récidive.
Les pénalités à l'allure générale viennent en déduction du total des points
obtenus par le concurrent.
En cas d'incident grave, le juge pourra exclure le concurrent et retenir son
carnet de travail. Il fournira à sa Commission Nationale un rapport circonstancié
des faits, qu'il transmettra également au Président de la Société Canine Régionale
concernée.
Conditions de participation aux concours de Mondioring
Le conducteur du chien doit être en possession d'un carnet de travail délivré
par les instances responsables de son pays. Toutes les races de chien sont
admises. Le chien doit être titulaire d'un pedigree délivré par une société canine
reconnue par la Fédération Cynologique Internationale. Pour débuter les concours
de Mondioring un chien doit être âgé au moins de 12 mois.
Avant de pouvoir concourir en Echelon III, un chien devra passer par les
étapes suivantes :
- se qualifier en échelon I en obtenant 2 fois 160 points au moins sur 200,
- se qualifier en échelon II en obtenant 2 fois 240 points au moins sur 300.
Rien n'oblige un conducteur à passer dans l'échelon supérieur. Aussi
longtemps qu'un chien concourant en échelon III n'a pas réalisé 300 points, son
conducteur est autorisé à le présenter en échelon II aussi souvent qu'il le jugera
utile.

Un chien de ring pourra débuter en Mondioring dans l'échelon qu'il pratique
dans son pays. Un chien de ring qui participe aux épreuves nationales (Concours
sélectifs pour le championnat national) de son pays dans la plus haute catégorie
doit commencer directement en échelon III en Mondioring.
Pour suivre les directives de la F.C.I., les mâles qui participent aux épreuves
de Mondioring doivent avoir deux testicules d'apparence normale complètement
descendus dans le scrotum.
Dès que le terrain de concours sera aménagé, l'accès sera interdit aux
concurrents sous peine d'exclusion du concours.


Finale de Mondioring
Chaque année une finale réunissant les meilleurs chiens aura lieu le
2e week-end d'octobre. Chaque pays se charge d'organiser des sélectifs afin de
désigner les conducteurs qui participeront à cette finale. Le nombre admis par pays
sera défini par le GTM et communiqué aux organisateurs. Pour participer au
championnat du monde, le conducteur doit être résidant du pays qu'il représente.


Cahier des charges
Chaque année un cahier des charges réalisé par le GTM sera communiqué
aux organisateurs qui s'engagent à le respecter. Ce cahier sera adressé aux
différents chefs d'équipe des pays engagés.


Jury pour la Finale
Trois juges officieront obligatoirement lors de la Finale. Un juge du pays
organisateur sera proposé au GTM, les deux autres ainsi que les Hommes
Assistants seront désignés par le GTM.
H.A. pour la finale
Trois H.A. travailleront pour la catégorie III. Deux des trois H.A. seront désignés
par le GTM en accord avec le jury pour officier en catégorie III. L'H.A. de
remplacement ainsi qu'un deuxième choisi par l'organisateur, officieront en
catégorie I et II.


Organisation de concours

Les sociétés qui désirent organiser des concours devront apporter les plus
grands soins à leur préparation et ne négliger aucun détail.
Elles avertiront, dans la mesure du possible, l'organe de coordination entre
pays, afin de pouvoir bénéficier d'une participation étrangère.

Jury pour le concours
Le jury sera composé d'un ou plusieurs juges qualifiés aidés dans leurs
fonctions par des H.A. sélectionnés.

Temps de jugement pour un seul juge : 9 heures par jour.
La société devra également faire le choix d'un commissaire de ring très au
courant du programme et de la conduite des épreuves.
Un ou deux secrétaires compétents sont indispensables à la bonne marche du
secrétariat. Une table pour le jury sera disposée de manière que les juges puissent
y accéder tout en continuant à voir le travail qui s'effectue sur le ring.

La société organisatrice devra assurer la participation de deux hommes de
corvée au minimum pour la manœuvre des différents obstacles, le lancer des
appâts, etc.

Terrain pour le concours
Les dimensions du terrain de concours devront être au minimum de 60 x 40 m et
une surface maximum de 5000 m2. Le sol ne devra pas être dur, c'est-à-dire ni pavé,
ni macadamisé. On aura soin de veiller à ce qu'il n'y ait sur le terrain aucun objet qui
puisse blesser le chien. Le terrain devra obligatoirement être clôturé. Pour accéder
au terrain 2 entrées au moins sont nécessaires, l'une pour les conducteurs
accompagnés de leur chien, l'autre pour les H.A.
L'organisateur se charge du marquage du terrain. Chaque départ d'exercice sera
marqué. Pour l'exercice de "la garde d'objet" deux circonférences concentriques
devront être tracées, dont les rayons seront de 2 et 5 mètres. Pour les sauts, des
équerres doivent être clairement marquées au sol devant les sauts, contre la
palissade, contre le saut en longueur et devant les montants de la haie. Pour la
recherche, Il y aura lieu de marquer au sol un arc de cercle de 2 mètres de rayon
devant la cachette de la recherche, afin de déterminer la vigilance du chien. Pour
l'absence du maître et le refus d'appâts, prévoir un orifice dans le lieu où se cache
le conducteur pour qu'il puisse voir son chien lors de l'exercice.
Pour l'exercice de l'envoi en avant une ligne de 20 m de long sera tracée
parallèlement à celle du départ et, limitée par deux bornes (ou fanions) placées à
chaque extrémité. A 5 mètres à l'intérieur des fanions, seront tracées deux
perpendiculaires de 1 mètre qui délimitent la zone optimale de franchissement

DESSIN en travaux
Logistique du concours
L'organisateur mettra à disposition des juges :
- 6 accessoires pour l'attaque
- l'obstacle pour l'attaque (voir règlement)
- 6 cachettes pour la recherche
- les 3 sauts (selon plan dans le règlement)
- 6 objets de rapport (voir liste dans le règlement)
- les appâts (voir règlement)
- les objets en bois pour la quête (10 x 2 x 2 cm)
- 2 revolvers avec cartouches de 9 mm
- fanions nécessaires à l'attaque arrêtée
- feuilles de pointage officielles
- 1 à 2 diversions pour la minute d'absence
- 3 à 4 objets usuels pour la garde d'objet


L'objet de rapport et l'accessoire de l'attaque seront choisis par le juge le matin
du concours. Garde d'objet et attaque : le juge doit être attentif, lors du passage
du chien en blanc à l'utilisation de l'accessoire (celui-ci ne doit jamais ressembler
à l'objet à garder).
L'organisateur mettra également à disposition un chien en blanc pour chaque
échelon et chaque jour de concours. Pour les signaux de départ, l'organisateur
mettra une trompe à disposition. Le sifflet ne pourra être employé, étant
uniquement destiné à l'usage des conducteurs.
Un local doit être installé pour que les H.A. puissent s'y dissimuler pendant
qu'ils n'ont pas à intervenir pour le travail des chiens. Ce local devra être situé à 5
m du terrain au moins, de telle sorte que les chiens ne puissent se douter de la
présence des H.A.
Aucun récipient contenant de l'eau et pouvant inciter le chien à délaisser son
travail ne pourra être placé sur le terrain, ni à ses abords immédiats. En dehors du
terrain, une cachette sera disposée de façon que le conducteur puisse s'y
dissimuler avec son chien pendant la préparation de l'exercice de la recherche. Un
récipient y sera mis à disposition pour qu'il puisse faire boire son chien s'il le
désire.


Tirage au sort
La société organisatrice procédera à un tirage au sort qui décidera dans quel
ordre les engagés travailleront.
Il pourra également y avoir un tirage au sort pour l'ordre des exercices. Dans
de cas, celui-ci aura lieu en présence des conducteurs. Si aucun concurrent n'est
présent lors de ce tirage, le juge aura la possibilité de composer le programme
selon son désir.
La position de départ (assis, debout, couché) pour l'exercice des positions sera
également tirée au sort. Un autre tirage au sort décidera si, à l'absence du
conducteur, le chien devra tenir la position "assis" ou "couché".

Chien en blanc
Il est obligatoire de faire passer un chien en blanc avant le début des épreuves
pour chaque échelon.

Appâts
Les appâts devront être variés, de volume raisonnable (au maximum de la
grosseur d'un poing). Ils consisteront en viande crue ou cuite, os, tête de poisson,
fromage, gâteaux secs, sucre, etc.

Bâton
Le bâton dont on se sert sera obligatoirement un bambou fendu en croix.

Commandements
Les commandements sont à donner selon le règlement et peuvent être donnés
dans la langue du pays d'origine du conducteur.

Feuilles de jugement
Elles devront être conformes au modèle officiel et comprendre tous les
renseignements relatifs au concours. Une feuille est prévue pour chaque échelon.

Lors d'un concours, il sera prévu 3 feuilles par chien dont un original et 2 duplicata.
L'original est remis au juge, un duplicata est remis au concurrent au moment de la
proclamation des résultats, un deuxième duplicata est réservé au club
organisateur.

Fonctions et devoirs des juges
Les juges habilités à officier dans un concours sont désignés par l'organisme
officiel de chaque pays participant. Si le jury se compose de plusieurs membres,
ceux-ci jugeront ensemble et non séparément. Ils devront maîtriser à fond le
règlement et s'y conformer.
Les juges auront toute liberté d'appréciation et devront en particulier moduler
le travail de leurs H.A. en fonction des échelons I, II et III. Ils devront appliquer les
pénalités prévues pour les fautes bien définies, dans la plus stricte observation du
règlement. Chaque pénalité correspond à une faute, ou à une insuffisance du
chien ou à une infraction commise par le conducteur. Ces pénalisations doivent
être connues par tous les conducteurs, même débutants, qui ne peuvent avoir la
prétention de concourir sans avoir pris connaissance du règlement et de ses
prescriptions.
Les décisions du jury sont souveraines pour tous les cas non prévus au
règlement. Seuls les juges ont la direction des épreuves.Tous les exercices devant
s'exécuter sur leur indication, ils donneront, à l'aide de la trompe, le signal du
commencement et de la fin de chaque exercice. Les juges veilleront à ce que tous
les exercices puissent se dérouler de la même manière pour tous les chiens,
l'égalité des circonstances devant être la même pour tous les concurrents.
Après chaque exercice le juge annoncera immédiatement les points de façon
audible pour le public. Les juges totaliseront les points obtenus par le chien et
signeront les feuilles de jugement. Après le passage du chien la feuille de pointage
sera affichée dans le quart d'heure qui suit le passage du concurrent.

 

IV - Assouplissements

Suite au pied sans laisse 6 points
Relation de l'exercice
Voir prescriptions de mise en place communes à tous les exercices.
Le conducteur suivra un trajet (le parcours de marche au pied doit être simple),
indiqué par le juge ou le commissaire, qui comprendra trois changements de
direction, à angle droit ou aigu, un demi-tour et deux arrêts. Aux arrêts, les
positions sont libres. Ces changements et arrêts seront exécutés au signal du
juge. Les changements de direction doivent être signalés par le commissaire, si le
conducteur n'exécute pas, il y a erreur de parcours, pénalisable à l'A.G.
Pénalités :
chien dépasse, s'écarte ou traîne légèrement, par faute - 0,5
(que ce soit en ligne droite ou sur un angle, aux arrêts ou lors du demi-tour)
chien abandonne ou ne suit pas le conducteur - 6


Absence du conducteur 10 points
Relation de l'exercice
Voir prescriptions de mise en place communes à tous les exercices.
- Le chien sera placé à l'endroit indiqué par le juge, en position couchée pour les
échelons I et II. En échelon III, la position sera tirée au sort (assis ou couché). Le
juge pourra changer l'emplacement pendant le concours selon l'état du terrain et
les conditions atmosphériques.
- L'absence du conducteur sera d'une minute, à compter de son entrée dans la
cachette désignée. Le conducteur ne pourra pas se retourner pendant le
trajet vers la cachette, ni à son entrée.
- Pendant l'absence se produira une diversion, face à laquelle le chien devra rester
indifférent, sans bouger ni changer de position. La diversion sera proportionnée
à l'échelon. Elle ne prendra jamais la forme d'une agression, ni d'une
provocation, l'intervention de l'H.A. étant proscrite. Elle ne devra jamais avoir lieu
à moins de 5 mètres du chien en échelon III et à moins de 10 mètres en échelon
I et II.
Pénalités :
chien change de position pendant la minute d'absence - 10
ou pendant le trajet du conducteur à la cachette - 10
chien se déplace sans changer de position, par mètre - 1
chien change de position au retour du conducteur - 2
conducteur se montre à son chien pendant l'exercice - 10
tout commandement irrégulier - 10
conducteur se retourne ou regarde son chien pendant
le trajet vers (ou à l'entrée de) la cachette - 10

Envoi en avant 12 points
Points attribués :
dans la zone optimale 12 points
entre fanion et perpendiculaire 8 points
à l'extérieur des fanions 4 points

Caractéristiques de l'exercice
Le chien devra franchir une ligne d'arrivée, parallèle à celle du départ et de 20
m de long, limitée par deux bornes (ou fanions) placées à chaque extrémité. A 5
mètres à l'intérieur des fanions, sont tracées deux perpendiculaires de 1 m qui
délimitent la zone optimale de franchissement.
Cette ligne sera située à 20, 30 ou 40 m du départ, selon l'échelon (I, II III),
[voir schéma dans les prescriptions].
Relation de l'exercice
Voir prescriptions de mise en place communes à tous les exercices.
- Le chien sera placé derrière la ligne de départ, sur un point central marqué par
une perpendiculaire.
- Au signal du juge, le conducteur commandera " en avant ", le chien devra aller
droit devant lui et franchir la ligne d'arrivée.
- Quand le chien aura franchi la ligne d'arrivée, son conducteur le rappellera
aussitôt au pied.
Pénalités :
commandement donné de la voix et du geste - 2
commandements d'envois supplémentaires, chacun - 4
chien zigzague, par angle - 1
chien amorce son retour avant commandement, à chaque faute - 2
départ anticipé :
a) avant autorisation du juge - 4
b) après autorisation du juge - 2
- chien ne franchit pas la ligne - 12
- rappel supplémentaire (un seul) - 2
(temps accordé pour le retour : 20 s)

Positions échelons II et III 20 points
échelon I 10 points
Points attribués : échelons I II & III
- pour les 3 (3 x 3p), ou 6 (6 x 3p) positions exécutées 9 p 18 p
- pour rappel au pied en fin d'exercice 1 p 2 p

Exemple : Chien en échelon III
- A, C, D bons = 9 - 1 m avancée =8
- C bon, puis revient au pied = 3
- Total des points = 11
Caractéristiques de l'exercice
L'exercice se fera au sol, le chien et le conducteur devant se voir
obligatoirement, à la distance de 5, 10 ou 15 m selon l'échelon I, II ou III. Le nom
du chien avant la position est toléré, mais il devra être énoncé d'un seul trait avec
le commandement (sinon, c'est un double commandement). Le commandement
peut être précédé du nom du chien.
Pour chaque position le conducteur a droit à deux commandements
supplémentaires. Si après ces deux commandements supplémentaires le chien
n'a pas exécuté la position, l'exercice est terminé, les points acquis restant acquis.
Le chien qui anticipe la position, a une position en moins (celle qu'il a quittée). Il
peut éventuellement en perdre une autre, si celle qu'il a prise correspond à la
positionsuviante. Pour éviter que le chien n'obtempère à une indication du
commissaire donnée trop fort, il est proposé d'utiliser le système du triangle de
signalisation, où chacun des trois côtés indique une position figurée par un
schéma (Fig ci-dessous), employé en " Obéissance ".

DESSIN en travaux

Relation de l'exercice
Voir prescriptions de mise en place communes à tous les exercices. Mise en
place : le conducteur se positionne avec son chien assis sur le point de départ, il
commande la position initiale sur un signe du juge et s'en éloigne après un
commandement de fixation. Le conducteur devra toujours pouvoir voir son chien
pendant l'exécution de l'exercice.
- Au départ, le chien sera placé assis, debout ou couché, sur indication du juge.
- En échelon I les trois positions seront exécutées une fois chacune. En échelons
II et III les trois positions seront exécutées deux fois chacune, dans l'ordre
soufflé par le commissaire.
Pénalités : échelons I II & III
chien change de position au départ - 2 - 2
chien n'exécute pas la position demandée - 3- 3
chien avance vers son conducteur, par mètre - 1 - 1
chien revient au conducteur avant la fin de l'exercice, - 1 - 2
il perd sur les points de rappel, mais il conserve les points
acquis par position exécutée (déduction faite des mètres
d'avancée à la prise des positions)

 

Refus d'appâts échelon II et III 10 points
échelon I 5 points
Caractéristiques de l'exercice
Six appâts de nature différente seront placés au sol, en échelons II et III, à la
convenance du juge. Il n'y aura pas d'appâts au sol en échelon I.
Il est interdit de placer un appât au sol à moins de 5 m des petits bois dans
l'exercice de la quête d'un objet. De même qu'à l'intérieur du cercle de 2 m
délimitant l'exercice de la garde d'un objet.
Le refus d'appâts est un exercice en lui-même qui ne peut s'exécuter pendant
un autre exercice.
Relation de l'exercice
Voir prescriptions de mise en place communes à tous les exercices.
- Il y aura un seul appât lancé en échelon I et deux appâts lancés en échelon II
et III (séparément ou non) pendant le travail d'obéissance, à l'endroit et au
moment désignés par le juge.
- Ils seront les mêmes pour tous les chiens.
Pénalités : échelons I II & III
chien lèche, mange ou prend en gueule un appât -5 -10
(lancé ou au sol)
chien s'éloigne d'un appât lancé, par mètre -1 -1
conducteur intervient ou s'interpose -5 -10
Se déplace pendant le lancé d'appâts, jusqu'à 3 m : - 1 pt par mètre ; au-delà : 0.
Se déplace au retour du maître : à l'appréciation du juge (-2).


Rapport d'objet lancé 12 points
Caractéristiques de l'exercice
Le temps accordé pour le rapport est de 15 secondes.
L'objet sera tiré au sort, avant le départ des épreuves, dans la liste présentée au
juge : (haltère, quille, boudin, bouteille plastique, petit sac, pneu de poussette,
etc.), Ces objets devront permettre la prise en gueule des chiens et pèseront au
maximum 1 kilogramme. Tout objet en verre ou métallique est interdit.
Relation de l'exercice
Voir prescriptions de mise en place communes à tous les exercices.
- Sur signal du juge, l'objet devra être lancé à au moins 5 m du chien.
- Après autorisation du juge, le conducteur peut commander son chien pour aller
chercher l'objet. Un seul commandement de rapport est autorisé.
- Le conducteur attendra le coup de trompe de fin d'exercice pour quitter sa place.
Pénalités :
commandement supplémentaire ou irrégulier - 12
commandement donné de la voix et du geste - 2
objet rapporté hors temps - 12
départ anticipé
a) avant autorisation du juge - 4
b) après autorisation du juge - 2
chien mâchonne l'objet ou joue avec - 1
chien laisse tomber l'objet en le rapportant, par faute - 1
objet remis non assis - 1
Quête d'un objet échelons II et III 15 points
Caractéristiques de l'exercice
Temps accordé : 1 minute.

L'objet utilisé sera un petit bois vierge numéroté, de 15 cm de longueur (pour
les chiens à large mâchoire) et 2 cm de section, choisi par le conducteur parmi
d'autres identiques, tous numérotés. Le conducteur prendra le petit bois au début
du parcours. Le conducteur aura mis dans sa poche cet objet, sans le présenter
au chien, lors de la présentation à la table du jury, en ayant indiqué le numéro au
juge. Tous les concurrents auront conservé l'objet le même laps de temps. Des
objets identiques, non numérotés sont destinés à être déposés à proximité de
celui du concurrent. L'objet devra être déposé dos au chien, sans lui montrer. Le
petit bois doit être logiquement accessible. Aucune diversion n'est autorisée
pendant cet exercice. Les petits bois de diversion pris en gueule par un autre chien
doivent être changés. Les petits bois de diversion pris en gueule par un autre
chien doivent être changés. Les petits bois de diversion sont posés sur un plateau
en fin d'exercice pour éviter d'être trop manipulés.
Relation de l'exercice
Voir prescriptions de mise en place communes à tous les exercices.
- Chacun mettra son chien en place à un endroit indiqué par le commissaire,
avant d'aller déposer l'objet, au vu du chien, à 30 m, dans un carré fictif d'un
mètre de côté.
- Pendant que le conducteur revient vers son chien, d'autres objets identiques
non numérotés, seront déposés à proximité du premier (25 cm minimum) à
l'intérieur du carré. Le nombre de ces objets (3, 4) sera proportionnel à l'échelon
(II, III).
- Au signal du juge, le conducteur enverra son chien à la quête de l'objet, au
commandement "cherche et apporte". Un seul commandement est autorisé de
la voix. Le conducteur aura la faculté de faire sentir ses mains au chien avant de
donner l'ordre, afin que le chien comprenne bien la nature de l'exercice
demandé.
- Le conducteur remettra au commissaire l'objet rapporté par le chien, pour
vérification par le juge.
Pénalités :
commandement de la voix et du geste - 2
commandement supplémentaire d'envoi - 15
objet rapporté hors temps ou non rapporté - 15
départ anticipé
a) avant autorisation du juge - 4
b) après autorisation du juge - 2
chien mâchonne - 1
chien laisse tomber l'objet pendant le rapport, par faute - 1
objet remis non assis - 1
chien quitte sa place (au-delà d'un rayon de 2 m)
avant le retour du conducteur - 15
chien se déplace dans un rayon de 2 m, par mètre - 1
chien se trompe d'objet - 15

 

V - Exercices de saut
En échelon I, le conducteur pourra choisir l'un ou l'autre des trois sauts. Il devra
le déclarer au juge lors de la présentation. En échelon II, la haie (20 points) est
obligatoire, mais un choix peut être fait entre la palissade (2,10 m = 15 points) et
le saut en longueur (3,50 m =15 points).
Voir prescriptions de mise en place communes à tous les exercices.
Les directives ci-dessous valent pour les trois exercices de saut (palissade, saut
en longueur, haie).
- Le conducteur met son chien en position à la distance de l'obstacle qui lui
convient.
- Il va aussitôt se mettre en place, à gauche ou à droite, dans l'équerre tracée au
sol à cet effet, contre la palissade, contre le saut en longueur et devant les
montants de la haie.
. Si le chien quitte sa place avant sa tentative de saut, et que son conducteur soit
dans l'obligation d'aller le positionner de nouveau, il y aura perte d'un essai plus
la pénalité.
- Le chien a droit à trois essais en tout et pour tout pour la palissade, et le saut
en longueur, qui ne comportent qu'un aller.
. Pour le saut de la haie, le chien disposera de trois essais au total à l'aller ou au
retour. En cas de raté ou de refus au retour, le conducteur remettra son chien à
l'endroit exact où il s'était bloqué, avant de revenir prendre sa position devant la
haie, et il attendra le signal du juge pour commander son chien.
. En cas de raté, quel que soit le saut, le conducteur ne peut demander une
hauteur inférieure ou supérieure.
- Le commandement de saut sera donné de la voix seule. Tout geste
d'accompagnement ou mouvement du corps sera pénalisé. Mais le conducteur
pourra suivre son chien du regard, dans une attitude naturelle, sans se figer.
- Après l'exécution du saut (quel qu'il soit), le conducteur aura droit à un
commandement (facultatif) de retour au pied ou de blocage derrière l'obstacle.
Si le conducteur donne un commandement de blocage, il doit obligatoirement
aller chercher son chien ; dans le cas contraire, le chien aura 10 secondes pour
revenir au pied, avec ou sans commandement, sinon il sera pénalisé.
-. Il sera également pénalisé s'il ne se bloque pas derrière le saut malgré le
commandement. Le conducteur attendra le coup de trompe de fin d'exercice
pour quitter les obstacles.
- Le conducteur ne peut présenter le saut à son chien.

 
Palissade 15 points
Hauteurs réglementaires et pointages :
hauteurs (m)
1.80
1.90
2.00
2.10
2.20
2.30
échelon I
15
échelon II
12
13
14
15
échelon III
5
7
9
11
13
15
En échelon I, hauteur unique : 1,80 m = 15 points

Caractéristiques de l'exercice
La palissade est constituée, dans le bas, d'un panneau fixe plein, jusqu'à 1 m
de haut puis de planches superposées de 10 cm de hauteur, de 27 à 30 mm
d'épaisseur, non rabotées. La palissade pourra avoir de 1,50 m à 1,90 m de large.
Elle est munie, pour la retombée du chien, d'un plan incliné (constitué de planches
jointives) fixé sur les montants à 1,70 m de haut, et au sol à 1,20 m environ de la
perpendiculaire. Des lattes disposées de 30 en 30 cm freineront la descente du
chien. Ce plan incliné servira de soutien à la palissade. Il y aura intérêt pour qu'elle
puisse être déplacée facilement, à ce qu'elle soit montée sur madriers, en forme
de T inversé. Il n'y aura pas de saut de retour, donc pas d'enclos.

Saut en longueur échelon III 20 points
échelons I et II 15 points

Hauteurs réglementaires et pointages :
longueur (m)
3.00
3.50
4.00
échelon I
15
échelon II
10
15
échelon III
12
16
20
En échelon I, longueur unique : 3 m = 15 points

Caractéristiques de l'exercice :
Cet obstacle ne comporte pas de fossé.
Il est composé d'un cadre constitué de trois planches. L'une de 2 m de long par
0,10 m de haut, placée sur le devant, s'emboîtera dans les deux planches de côté,
longues chacune de 3 m, hautes de 0,10 m à l'avant et de 0,20 m à l'autre
extrémité et maintenues à l'arrière par une équerre métallique posée au sol pour
les empêcher de s'écarter.
Ce cadre sera garni de bandes élastiques de couleur, tendues de 0,30 en
0,30 m sur la longueur des côtés.
Le chien devra, sans descendre dans le cadre, sauter par-dessus une claie
basculante de 1,95 m de long et de 1 m de large en son milieu, de forme
trapézoïdale, ce qui permet de la glisser plus ou moins dans le cadre sans qu'elle
touche les côtés. On peut ainsi obtenir un saut de 3 m ou 3,50 m. Pour réaliser un
saut de 4 m il suffira de dégager la claie de son cadre.
Cette claie devra être construite, ou lestée, de telle sorte que, la partie inférieure
reposant sur la terre, la partie supérieure se trouve à 0,30 m à l'aplomb du sol.

Le chien qui descend dans le cadre avant de sauter est pénalisé de 4 points
plus la perte d'un essai équivalent à un refus. Il devra recommencer le saut.

Haie échelons II et III 20 points
échelon I 15 points

Hauteurs réglementaires et pointages :
hauteurs (m)
1.00
1.10
1.20
échelon I
15
échelon II & III
12
16
20
En échelon I, hauteur unique : 1 m = 15 points (7,5 + 7,5).

Caractéristiques de l'exercice
La haie est constituée d'un panneau mobile muni de pivots de 1,50 m de large
et 0,60 m, posé sur des berceaux soudés aux supports. Ce panneau est surmonté
d'un tourniquet de même largeur et 0,30 m de hauteur. Il doit tomber au moindre
choc et ne présenter aucun danger pour le chien. L'ensemble doit permettre de régler
la haie aux hauteurs prévues. Il n'y aura pas de fossé devant, ni derrière la haie.
Relation de l'exercice
- Dès que le chien a franchi l'obstacle à l'aller, le conducteur a droit à un seul
commandement de la voix pour bloquer son chien. Si le commandement est
donné de la voix et du geste, il sera pénalisé de 2 points.
- Au signal du juge autorisant le retour, le conducteur aura droit à un seul
commandement de mise en place qui pourra être donné de la voix et du geste.
Tout commandement de blocage ou de placement supplémentaire sera
pénalisé.
- Après le saut de retour, le conducteur a droit à un seul commandement
(facultatif) de rappel au pied.

Pénalités : (communes aux trois sauts)
départ anticipé avant autorisation (plus la perte d'un essai) - 4
départ anticipé après autorisation - 2
commandement donné de la voix et du geste - 2
refus ou dérobade, aller ou retour - 4
raté, aller ou retour - 2
chien ne se bloque pas derrière l'obstacle (si commandement il y a) - 2
tout commandement supplémentaire de blocage, placement, rappel - 2
commandement supplémentaire d'envoi - 5
chien n'est pas de retour au pied dans les 10 secondes. - 2
tout commandement irrégulier, perte des points afférents
Pénalités : (particulières au saut de la haie)
commandement de la voix et du geste pour
bloquer le chien après le saut d'aller - 2
chien touche la haie, aller ou retour - 1
chien s'appuie sur la haie, même si elle ne tombe pas - 2

Suite >>